Header Image

Pour suivre la formation servent taux de lactate ou, alternativement, les valeurs de la fréquence cardiaque. La fréquence cardiaque maximale est dépendante de l'âge.

Taux de lactates et fréquence cardiaque

Le suivi de l'entraînement au moyen du suivi des taux de lactates n'est pas à la portée de tous, car il nécessite des prises de sang, un laboratoire et un suivi médical. Des méthodes plus simples et moins invasives ont été mises au point, en particulier pour les activités sportives de loisir.

Entraînement basé sur la fréquence cardiaque

Dans ce cas, les méthodes de contrôle de l'entraînement ne reposent plus sur la méthode invasive de mesure du taux de lactates, mais sur la mesure de la fréquence cardiaque. Lors des efforts importants, dès que le taux de lactates s'élève rapidement, la fréquence cardiaque augmente en parallèle, ce qui en fait une mesure indirecte de la capacité d'effort. Bien que l'accélération de la fréquence cardiaque ne concorde pas exactement avec l'augmentation des lactates dans le sang, cette méthode est un bon indicateur pour contrôler l'entraînement pendant une période. La méthode n'est pas invasive, mais elle nécessite cependant aussi un suivi médical. Lors de tests durant desquels des efforts croissants sont demandés, la fréquence cardiaque maximale est déterminée. Elle peut aussi être calculée sur la base d'un test d'effort sous-maximal.

Fréquence cardiaque maximale

La fréquence cardiaque maximale dépend de l’âge. Les données expérimentales ont permis d’établir une formule simple (fréquence cardiaque maximale = 220 – âge), qui permet de calculer cette valeur en fonction de l’âge. Grâce à la fréquence (théorique) cardiaque maximale, on peut déterminer différents niveaux d’effort pour la pratique de l’entraînement. Si on souhaite une augmentation de la performance, il faut de temps en temps atteindre une intensité dépassant 70% de la fréquence cardiaque maximale pendant l’entraînement. A partir de 70% de la fréquence cardiaque maximale, on considère qu’une partie de l’énergie est produite en conditions anaérobies et que la production de lactates commence. En général, c’est la limite à partir de laquelle on observe un effet de l’entraînement et par conséquent une amélioration de la performance.

Les athlètes de haut niveau obtiennent une amélioration de leur performance par des dépassements ponctuels de leur fréquence cardiaque maximale (jusqu’à 105%). Il s’agit néanmoins toujours de personnes jeunes et en bonne santé, sous contrôle médical. Les sportifs amateurs doivent pour leur part se modérer et, avant de reprendre l’entraînement après une longue période d’inactivité, consulter leur médecin.